Nouvelle-Zélande (28 décembre 2017 – 30 janvier 2018)

Kia Ora !

Nous voilà en Nouvelle-Zélande, 7ème étape de notre tour du monde et 1ère étape de notre périple polynésien.

La Nouvelle-Zélande, c’est 4,5 millions d’habitants pour une superficie inférieure de moitié à celle de la France.  Soit 17 habitants au km2. Pour se fixer les idées, là-bas, l’Ardèche avec ses 59 hab / km2 serait donc une région considérée comme fortement peuplée et Valence avec ses 64 000 habitants serait carrément la 8ème ville du pays.

Malgré tout, des réformes libérales dans les années 90 ont amené la croissance et le plein emploi tant et si bien que la Nouvelle-Zélande, d’après le Legatum Institute, a été classée pays le plus prospère en 2016 et était 2ème en 2017 derrière la Norvège.

Et ma fois, c’est vrai que sur place, les choses semblent simples et que l’on s’y sent bien.

Le camping-car

L’arrivée en Nouvelle-Zélande correspond au test d’un nouveau mode de vie et de déplacement avec l’utilisation d’un camping-car. Pour nous cela voulait surtout dire l’arrêt, pour un temps, des bagages et des restos tous les jours et c’était pas pour nous déplaire.

On peut pas dire que j’ai fait le malin les 1ers jours. Dimensions du véhicule, conduite à gauche, boîte auto et les routes du Northland bien étroites et pleines de virages à souhait pour un bizutage dans les règles. Heureusement, avec un peu de chance, on n’a cassé ni le camping-car, ni d’autres véhicules.

Et comme espéré, le voyage en camping-car nous permet de nous poser dans des endroits avec vue panoramique. En général des bords de plage ou de lacs histoire d’avoir un terrain plat.

Une fois, on s’est carrément posés à même la plage car il arrive que l’accès aux plages soit autorisé aux véhicules !

Le retour à la version sac à dos, bus, restos risque d’être difficile.

Le principal défaut de ce mode de voyage, c’est que l’on vit complètement replié sur soi. Les principaux échanges avec les néo-zélandais sont ceux effectués avec les caissiers de stations-services et supermarchés.

Les paysages

La Nouvelle-Zélande possède une grande variété de paysages. Forêts arides ou luxuriantes, déserts, plages, chutes d’eau, montagnes, volcans, plaines, glaciers, fiords.
Même après 6 mois de voyage, les coups de cœurs sont nombreux, surtout dans l’île du sud.

Les couleurs hallucinantes des rivières et des lacs ainsi que le gigantisme du fiord Milford Sound  avec ses chutes d’eau de 150 m et ses falaises de 1000 m resteront forcément.

rivières-nouvelle-zélande

lacs-nouvelle-zelande

milford-sound-nouvelle-zelande

Mais encore

Les ballades et les randos pour voir des paysages, c’est bien pour les parents, mais ça a le don de gonfler les enfants.

Faut dire : pourquoi aller voir un volcan alors qu’on peut jouer à Angela sur sa tablette !

Heureusement, ils ont pu trouver leur compte avec d’autres activités :

– les aires de jeux des kiwis sont souvent gigantesques et ressemblent parfois plus à des parc d’attractions,

– comme en France, il y a de nombreuses possibilités de cueillettes de fruits (miam les myrtilles …),

divers-nouvelle-zelande

divers2-nouvelle-zelande

– il y a eu d’excellents musées très ludiques comme à Wellington et Dunedin,

musee-nouvelle-zelande

– on a l’occasion de voir pleins d’animaux de près : glowworm, otaries, lions de mer, dauphins, pingouins, albatros … et des moutons par milliers.

animaux-nouvelle-zelande

Les Sand Flies

Pour finir, un mot quand même sur ces saloperies. C’est l’ennemi n°1 du touriste en Nouvelle-Zélande et ils font hélas forcément partis de l’expérience.

Les Sand Flies, mouches de sable ou nonos en polynésien sont des petits moucherons qui, comme le moustique, vous sucent le sang.

L’avantage par rapport aux moustiques, c’est qu’ils ne sont pas porteurs de maladies.

Surtout ils sont faciles à écraser ce que l’on ne se prie pvas de faire dès qu’on sent qu’on a été mordu.

C’est une maigre consolation car par contre la démangeaison est plus forte et dure beaucoup plus longtemps !

Ils nous auront bien traumatisés ces maudits « sand flies ». Nous obligeant parfois à rester dans le camping-car plutôt que de sortir pour profiter du décors.

 

Tout bonne chose ayant une fin, nous allons bientôt enchaîner vers une courte pause francophone : Tahiti !

11 réflexions sur “Nouvelle-Zélande (28 décembre 2017 – 30 janvier 2018)

    • Merci c’est gentil. Mais comme partout depuis le début de ce tour, les photos au smartphone, c’est sympa et pratique mais ce serait mieux d’avoir un GG et son tripode sous la main histoire de passer au niveau au dessus. Un peu comme les photos de ce bloggeur (photos qui déchirent). Bises.

  1. Wahou, ca avait l’air vraiment très beau !
    Le petit musée extérieure avec les céramiques nous a donné des idées pour habiller certains éléments de notre jardin :)
    Bonne suite de périple, et attention à la dengue !

    • La dengue, on croise les doigts. Depuis qu’on a vu, à l’hôpital du Sri Lanka, dans quel état ça pouvait mettre !
      Ca me fait penser à une anecdote du gérant de notre loc à Tahiti.
      Y’a 3 ans, ils ont subi à Tahiti une grosse épidémie. 75 % de la population touchée, et dans son cas particulier, 3 arrêts maladies durant la même année: 1 fois pour la dengue, 1 fois pour Zika et 1 fois pour Chikungunya. Après ça, je comprends pas pourquoi il est pas rentré en métropole !

    • Salut Totof !
      Hélas, ces petits perroquets ne sont pas venus jouer avec nous. Et par rapport à ton mail d’il y a longtemps: on a squeezé Abel Tasman pour cause de déluge (la NZ se défend pas mal côté pluie aussi), tant pis pour les plages de sable orange.

  2. Kia ora,
    Des photos de rêve, de la culture, un clin d’œil à l’Ardèche (surpeuplée ! :) ), c’est un plaisir de lire votre blog.
    Merci de poursuivre ainsi, histoire de toujours nous faire rêver de température estivale et de pays magnifiques.

    Haere ra.

  3. Ca a l’air chouette. La NZ est le rêve des filles.
    On dirait un mélange de corse, Norvège et Ecosse. Avec 17 hab/km2, c’est sûr que vous devez souvent être peinard.
    Un peu de nouvelled de Paris : 5 cm de neige aujourd’hui, du coup, c’est le bazar mais c’est amusant.
    Passez le bonjour aux moutons
    Yann

    • Salut Yano !
      Côté météo, c’est plutôt un mélange de Bretagne et Normandie. La pluie est jamais bien loin. Bon, on la ramène pas parce qu’apparemment la France a pris cher cette année niveau pluie.
      Et pour les moutons, une seule stat: 40 millions de moutons en NZ pour 4,5 millions de néo-zélandais. Du coup, les australiens, qui semblent être très fins et qui ne manquent jamais une occasion de chambrer les néo-zélandais, les traitent de « sheep shaggers », niqueurs de moutons !
      Dis à Benoit de prendre un Permis Vacances Travail (PVT) pour visiter la NZ. Il faut avoir moins de 30 ans. Je regrette un peu de pas l’avoir fait à l’époque.
      Tchao

  4. Encore un reportage qui fait rêver!
    Non le tripode, pas le top en reportage… Surtout pour le dauphin qui sort de l’eau.

    Bises aux aventuriers!
    Jérôme

    PS : quand même pour l’Ardèche, j’ai un doute : 56h/km², vraiment?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.