chili-valparaiso

Chili (12 février 2018 – 24 février 2018)

A la fin de notre tour du monde, le Chili sera probablement le pays qu’on aura le plus sous-estimé.

De bonnes conditions de sécurité et d’hygiène et des frontières qui incitent toutes au voyage. A l’ouest, l’océan pacifique et l’Ile de Pâques, à l’est la Cordillère des Andes et ses 4000 m de moyenne, au sud la Patagonie et ses fjords et au nord le désert hyper aride d’Atacama.

Pas étonnant finalement que le Chili ait été élu plusieurs fois meilleure destination pour le tourisme aventure d’Amérique latine.

Mais pour nous, du fin fond de notre prépa, le Chili c’était surtout les retrouvailles avec notre copine Sophie. Du coup, on n’avait accordé que 5-6 jours au Chili dans notre planning. On y sera resté finalement 12 jours mais il aurait fallu y consacrer au moins le double.

Drôle de pays quand même. Long de 4300 km, soit la distance entre le nord de la Finlande et Marrakech, mais large de seulement 200 km.

Et au milieu de tout ça, Santiago (pas Santiano) où nous sommes accueillis chaleureusement par Sophie, Daniel et leurs enfants.

Comme à Singapour, ce moment de retrouvailles avant de reprendre la route, a été une parenthèse particulièrement appréciée par toute la famille. Aux enfants, les jeux avec d’autres enfants qui parlent français et aux parents, les apéros, les dégustations de vins chiliens, de Pisco Sour et les discussions qui s’étirent tard dans la nuit.

Avec eux, on a arpenté les rues de Santiago, visité son intéressant musée d’art pré-colombien et découvert le completo. Le completo est une sorte de hotdog agrémenté d’avocats, de tomates et de mayonnaise. Le manger proprement est une mission que même Ethan Hunt a refusé.

Après Santiago, on a fait ensemble un petit tour sur la côte, voir de nos propres yeux la plus grande piscine du monde à Algarrobo (1 km de long, 2,5 millions de litres d’eau). Piscine qui est juste en face … de la mer.

Après avoir trempé un orteil dans ladite mer, on se dit que finalement l’idée d’une piscine n’est pas si farfelue. Eh oui, sur les côtes chilienne, la température de l’eau fait un bon 16°. Après Tahiti, 16° pour nous c’est pareil que 10°. Autant dire qu’on a pas abusé des bains de minuits dans le coin.

chili-algarrobo

La tour sur la côte s’est terminée par la visite express de Valparaiso, ville connue pour son street art et ses pickpockets.  Comme on est des touristes dociles, on a testé les 2.

Heureusement, Clark Kent était dans le coin et le sac de Céline qui avait disparu est réapparu quelques minutes plus tard rapporté par le bon samaritain du jour.

A  part ça, les fresques, c’est vrai que ça en jette.

chili-valparaiso

Il était temps de dire au revoir à nos amis et de rejoindre ce fameux désert d’Atacama dans le nord du pays où il parait que certaines stations météo n’y ont jamais relevé d’eau.

Notre point de chute est San Pedro de Atacama. Petite bourgade aux 108 agences de voyages !

Pour savoir laquelle ne va pas nous vendre des excursions bidons, on fait comme les quelques milliards de touristes qui sont sur place. On fait notre choix grâce à un savant mélange de lectures Routard-Lonely Planet-Blogs sans oublier de lancer les dés.

On a choisi 3 excursions parmi les dizaines possibles et on en a été content. Le porte monnaie beaucoup moins :

– de la descente de dunes en surf à la vallée de la mort. Une révélation pour Zoé, un cauchemar pour Nina,

– la visite de la vallée de la lune. A couper le souffle,

– la visite des geysers du Tatio à 4300 m d’Altitude et -2 °. C’est bien mais on a tous fini avec une migraine à cause du mal des montagnes.

chili-san-pedro-atacama-vallee-lune

chili-valle-lune

chili-geyser-tatio

Et voila pour le Chili. Prochaine étape, la Bolivie et l’extraordinaire Salar d’Uyuni.

Mais pour arriver là-bas, on a du passer un col à 5000 m qui a vidé notre stock de paracétamol et de feuilles de coca !

9 réflexions sur “Chili (12 février 2018 – 24 février 2018)

  1. Hello,
    Rien de vaut le Maté de Coca pour le soroche!!! Que du naturel !!!
    Je peux vous dire qu’on a regretté qu’il n’y ait pas de feuilles de coca au Ladakh cet été…
    à moins que ce soit le fait que je n’ai plus 25 ans… A méditer.
    Bises

    • Le Ladakh … Faut être indien ou alpiniste confirmé pour connaître cette région. J’avais jamais entendu parler. Ca devait être magnifique et z’avez pas du croiser trop de touristes là-bas.
      A part ça, j’ai eu beau chiquer de la feuille de coca toute la journée, après le 5000, j’avais quand même la tête en vrac.

  2. Bonjour à toute la famille !
    Des paysages à couper le souffle et un peu lunaire de surcroît, pas étonnant que l’oxygene manque un peu !
    Rien de tel qu’un bon bain thermal pour se détendre n’est ce pas Hervé ?
    Ici une douceur un peu printanière s’est installée. Pourvu que ça dure !
    Bonne route en Bolivie,
    Loïc

  3. Wouah !!!!
    Superbe panel de façades peintes !
    Magique depuis ma fenêtre « windows  » !
    Si les habitants du Chili ressemblent à leurs graffitis, alors oui ça me donne vraiment envie d’y aller.
    En tout cas, merci de nous faire part de vos impressions qui sont les meilleurs guides, pour de prochains voyages….
    Merciiiiiii !!!!!!

    Allintaqmi Ripuy (message en quechua, langue parlée sous l’empire Inca) ¡Buen viaje!
    Bonne route vers la Bolivie et surtout continuez à nous faire rêver !
    Claudine

  4. Il est sûr que ce faire un 5000m direct, le mal de crane doit vite arriver mais c’est quand même plus accessible que la lune ou mars. En tout cas, les paysages sont vraiment impressionnants.
    Sinon si tu veux prendre un bon bain chaud, il y a moins compliqué mais tu n’as pas le même paysage.
    Quelques nouvelles de la France :
    – Politique : Laurent Wauquiez chute dans les sondages.
    – Météo : après la pluie, la pluie.
    – Famille : Minou suit Toutou partout

    Bonne chance pour la Bolivie

  5. Quel paradis!
    Par contre, pas de milice 6 par 6 armés jusqu’aux dents?
    Pas de rats morts plein les caniveaux?
    Pas toutes les maladies qu’on veut?

    • Et non en fait. Du coup, pas de problème pour surfer en tee-shirt à manches courtes et bermudas. Pour ça, c’est cool le sandboard.
      Pour le surf par contre, c’est pas des grosses sensations parce qu’on ne va pas très vite et qu’on ne peut faire que de la ligne droite ou des virages très courts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.