equateur-galapagos-station-darwin-tortue

Les Galápagos (17 avril 2018 – 27 avril 2018)

La décision d’aller aux Galápagos a été prise lorsque, dans la phase de préparation, on a lu des blogs qui montraient des vidéos de baignades avec des tortues et des otaries. Là, on s’est dit, « nous aussi on veut faire ça ».

C’est donc avec la fébrilité de personnes sur le point de vivre quelque chose attendue depuis plusieurs mois qu’on a posé les pieds sur le Tarmac de l’aéroport de Baltra.

La suite de l’arrivée fut moins plaisante.
L’aéroport se trouve dans le parc national sur une petite île séparée de l’île principale. Pour rejoindre la ville, il faut d’abord prendre une navette d’aéroport qui nous emmène jusqu’à un bac. Puis après avoir traversé le petit bras de mer qui sépare les 2 îles, reprendre un bus ou un taxi pour rejoindre la ville de Puerto Aroya située à plus de 42 km de là. Entre le débarcadère du bac et la ville, il n’y a rien, que du parc national.
On prend donc notre navette et notre bac et c’est après que ça s’est gâté.

Le bus qu’on pensait prendre était plein. Un taxi nous propose de nous emmener pour 25 dollars contre 2 dollars par personne pour le bus. On dit gentillement non au taxi parce qu’on trouvait ça trop cher sur le coup et après on découvre qu’il n’y aura pas d’autres bus et qu’il n’y a plus de taxi sur place.

Une heure plus tard on était toujours sur ce débarcadère à attendre que quelqu’un vienne nous récupérer. On était 20 ou 30 personnes dans cette situation à ne pas croire ce qui était en train de nous arriver.

Finalement, quelqu’un a réussi à capter un signal sur son téléphone et à appeler en ville pour qu’on nous envoie des taxis. Je ne sais pas comment on aurait fait sans cet appel.
Dans le taxi, le chauffeur nous  a expliqué que les taxis n’allaient pas à l’aéroport l’après midi pour le dernier avion parce qu’ils ont peur de revenir à vide.
Super l’orga !

Santa Cruz

La suite, par contre, fut excellente. Lors de nos promenades dans la ville de Puerto Aroya sur l’île de Santa Cruz, on constate qu’effectivement, aux Galápagos la faune est partout y compris dans les villes. Des petits requins dans l’eau du port et des pélicans, iguanes et des otaries un peu partout aux abords de l’eau.

Le plus surprenant c’est qu’ici les animaux n’ont pas peur des humains. On peut donc avoir une otarie qui sort de l’eau et qui nous passe devant pour aller effectuer son activité favorite, la sieste, quelque part sur un banc ou autre.

Un lieu particulier dans la ville : le débarcadère des pêcheurs. On y trouve pleins d’animaux en quête de poissons. Notamment cette otarie qui attend comme un petit chien que la poissonnière s’occupe d’elle. Trop rigolo.

equateur-galapagos-santa-cruz-puerto-ayora

Le jour suivant à Tortuga Bay, les belles rencontres animalières et les séquences émotions se sont enchaînées avec l’observation des iguanes marins en train de nager, marcher ou se réchauffer au soleil. En bonus, une petite baignade avec 2 petits requins pointes noires venus nager en bord de plage.

galapagos-santa-cruz-tortuga-bay

Idem le jour suivant, à Las Grietas, avec notre première baignade dans une eau cristalline et l’observation de loin de nos premières tortues marines dans la baie avoisinante. Bonus du jour, l’observation depuis la plage de raies aigles venues nager en bord de plage à la plage de Los Alemanes.galapagos-santa-cruz-grietas

Sortie sympa enfin avec l’observation de tortues terrestres géantes. Impressionnant mais l’émotion était un peu moins forte, pour nous parents, car ces rencontres avaient lieu dans des réserves à El Chato et à Darwin et pas fortuitement lors de ballades sur l’île.

Et oui, on devient vite difficile aux Galápagos !

Galapagos-Santa-Cruz-tortues

Isabela

A 2 heures de bateau de Santa Cruz, il y a Isabela et son petit port, Puerto Villamil.

On reprend nos bonnes habitudes avec une ballade pour une séance de snorkeling dans le beau cadre de la Concha de Perla. Pas encore le grand frisson, mais une belle émotion lorsqu’on une otarie est sortie de sa sieste pour aller se rafraichir quelques instants dans l’eau au milieu des snorkleurs.

Pas encore le grand frisson, parce que ça a été court et qu’il y avait quand même pas mal de monde.

Et oui, C’est qu’on devient vite très difficile aux Galápagos !

Galapagos-Isabela-Puerto-Vallamil-Concha-de-Perla

97 % des Galápagos sont des zones de parc naturel accessibles seulement avec un guide (et donc en payant). Pour l’instant, nous n’avions fait que des promenades dans les 3% restants mais il est grand temps de casser notre tirelire et de faire une excursion à la journée.

On choisit d’aller au site de Los Tuneles, appelé ainsi car les coulées de laves ont formé des paysages de ponts et tunnels au dessus de l’eau.

Du début à la fin de l’excursion on en a pris pleins les mirettes.

Pendant le trajet le bateau a navigué au milieu des raies mantas.

Au premier arrêt, on a pu observer de superbes paysages volcaniques et des fous à pieds bleus de très près.

Au deuxième arrêt, la sortie snorkeling a permis de nager avec des tortues marines et d’observer des raies, des requins pointes blanches, des homards et même un hippocampe.

A peine croyable !

L’archipel est donc à la hauteur de sa réputation.galapagos-isabela-los-tuneles

Santa Fe

Retour à Santa Cruz pour prendre l’avion du retour mais avant on est bien décidé à se refaire une dernière excursion snorkeling avant pour se refaire un shoot d’émotions pures.

Après avoir un peu trop attendu pour réserver, on fait un choix par défaut avec un peu d’appréhensions du coup. Nous nous rendons sur les bords de l’île de Santa Fe pour 2 sorties snorkeling.

Le site est un beau tombant qui permet l’observation de poissons tropicaux type poissons perroquets. C’est vraiment sympa. Mais ça bascule dans le topissime lorsqu’on s’approche d’une zone où des otaries séjournent. Loin d’être déranger par nous, elles plongent à notre approche et viennent nager avec nous.

Perso, j’ai nagé et joué avec elles jusqu’à ce que le froid et la fatigue me fasse remonter sur le bateau. Il faut dire que je les intriguais avec ma parfaite imitation de nage dauphin façon Patrick Duffy dans « l’homme de l’atlantide » :-)

galapagos-santa-fe

Et voilà, on a vécu 10 jours de rêve aux Galápagos qui resteront sûrement comme un des must de l’année.

En route pour Miami ! Au programme, lifting et liposuccion pour les parents, augmentation mammaire et injections aux lèvres pour les filles.

5 réflexions sur “Les Galápagos (17 avril 2018 – 27 avril 2018)

  1. bien cool tout ça !
    Avez vous testé le saucisson d’otarie ?
    Désolé pour cette remarque franchouillarde totalement déplacée après cette communion avec la nature.
    J’écris de mon transat dans le jardin avec aussi des bêtes étranges : une quadripède à poil long qui fait la sieste et une autre bipède qui jardine.
    Amusez vous bien

  2. Wahou…j’avais bien vu que tu avais les doigts légèrement palmés…
    Alors la c’est vraiment trop beau
    Signé Le lamentin qu’aimerait bien nager aussi avec les otaries.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.